Livraison gratuite dès 60€ via SoColissimo en point relais et 90€ avec Colissimo contre signature, plus votre fidélité récompensée chez Santé Bio Europe.

29 ) Résumé de la première partie du livre WORLD WITHOUT CANCER de G. Edward Griffin.

L’AMYGDALINE

Résumer de l’extrait traduit du livre :

WORLD WITHOUT CANCER de G. Edward Griffin

Un résumé qui ne prend en compte que la première partie du livre.

Avertissement :

Mise en garde sur le Laétrile et conseils médicaux

Le Laétrile, considéré comme un traitement non validé pour le cancer, est le sujet de discussion de cet ouvrage rédigé par un chercheur et écrivain, non médecin. Les informations présentées ici sont uniquement destinées à informer et ne constituent en aucun cas des conseils médicaux. L'objectif est de contribuer à l'établissement d'un consentement éclairé.

Il est important de noter que la prévention du cancer peut inclure certaines mesures, mais le traitement clinique ne doit pas être entrepris de manière isolée. L'utilisation de toute thérapie anticancéreuse, y compris les approches nutritionnelles, doit être réalisée sous la supervision directe de professionnels de la santé qualifiés et spécialisés dans ce domaine.

Introduction :

L'extrait du livre "World Without Cancer" de G. Edward Griffin évoque l'idée que de nombreuses découvertes scientifiques ont été initialement rejetées par la communauté scientifique en raison de l'arrogance et des préjugés. L'auteur fait une analogie entre le scorbut, qui a été traité par l'ajout de vitamine C dans l'alimentation, et le cancer, suggérant que le cancer pourrait être une maladie de carence en un élément nutritif essentiel absent du régime alimentaire moderne.

En 1952, le Dr Ernst T. Krebs Jr. a proposé que le cancer soit une maladie de déficience liée à une carence en nitrilosides, présents dans plus de 1200 plantes comestibles. Ces substances, particulièrement concentrées dans les graines de certains fruits et autres aliments, ont été largement éliminées de l'alimentation moderne. Krebs a identifié ces nitrilosides comme la vitamine B17.

Le Dr Krebs soutient que les maladies métaboliques chroniques, comme le cancer, n'ont jamais été guéries par des médicaments ou des interventions chirurgicales, mais plutôt par l'ajustement de la nutrition. L'auteur souligne également que les animaux sauvages consomment instinctivement des aliments riches en nitrilosides, tandis que les animaux en captivité et nourris par l'homme sont plus susceptibles de développer des cancers. L'extrait met en lumière l'importance d'une alimentation équilibrée et riche en nutriments essentiels pour prévenir et traiter les maladies. Il critique les régimes alimentaires actuels et les pratiques d'élevage qui privilégient des aliments dépourvus de nitrilosides, avec des conséquences potentiellement néfastes pour la santé.

Les amandons d'abricots amers bio de qualité supérieure sont disponibles sur le site de Santé Bio Europe !

Chapitre 4 :
L'ultime test

Ce chapitre traite de la meilleure façon de prouver ou réfuter la théorie de la vitamine contre le cancer. L'idée serait de prendre un large groupe de personnes et de les exposer à un régime alimentaire riche en aliments contenant des nitrilosides sur plusieurs années. Heureusement, cela a déjà été fait. Le peuple Hunza, vivant dans une région reculée de l'Himalaya, est connu pour sa longévité exceptionnelle et l'absence de cancer. Leur régime contient plus de 200 fois de nitrilosides que celui de l'Américain moyen, notamment en raison de leur consommation de graines d'abricots amers.

D'autres populations, telles que les Eskimos, les habitants d'Habkhazie, et les Amérindiens, ont également des régimes riches en nitrilosides et présentent de faibles taux de cancer. Les Indiens d'Amérique du Nord, par exemple, avaient des taux de cancer très faibles tant qu'ils suivaient leur régime alimentaire traditionnel.

L'argument selon lequel ces populations ne sont pas exposées aux mêmes éléments cancérigènes que l'homme moderne est contredit par l'expérience des Adventistes du 7ème jour en Californie. Malgré leur exposition aux mêmes facteurs de risque que le reste de la population, leur taux de cancer est inférieur de 50% en raison de leur régime végétarien et de leur consommation d'aliments riches en nitrilosides.

En conclusion, les populations qui consomment régulièrement des nitrilosides ont un risque de cancer significativement plus faible, ce qui appuie la théorie de la vitamine contre le cancer.

Chapitre 5 : Le
cancer comme poussée de vie

En 1902, John Beard, un professeur d'embryologie, propose la "thèse trophoblastique du cancer", selon laquelle les cellules cancéreuses seraient identiques aux cellules trophoblastiques présentes lors des premières étapes de la gestation. Les cellules trophoblastiques se forment à partir de cellules souches diploïdes totipotentes, responsables de la régénération et la cicatrisation des tissus.

L'hormone œstrogène peut déclencher la formation de trophoblastes, entraînant la création d'un placenta et d'un cordon ombilical lors d'une grossesse, ou un cancer dans d'autres contextes. Le cancer peut être stoppé si le processus de cicatrisation s'arrête une fois sa tâche terminée. Les cellules trophoblastiques produisent l'hormone chorionique gonadotropique (HCG), dont la présence dans l'urine peut indiquer un cancer.

Les globules blancs, responsables de la défense immunitaire, ne reconnaissent pas les cellules cancéreuses comme étrangères car elles font partie du cycle de vie. Les cellules trophoblastiques sont protégées par un manteau électrostatique négatif qui repousse les globules blancs également chargés négativement.

La recherche sur le cancer devrait se concentrer sur la manière dont la nature parvient à contrôler la croissance des cellules trophoblastiques plutôt que sur des traitements toxiques ou des radiations.

Le texte décrit un cas de cancer traité par le Dr. Virginia Livingstone. Le patient a reçu le vaccin BCG et un régime alimentaire pauvre en cholestérol, permettant de préserver les enzymes pancréatiques pour agir sur les cellules cancéreuses. Les travaux du Dr. Beard, du Dr. Krebs et d'autres chercheurs ont conduit à la théorie selon laquelle les cellules trophoblastiques et le cancer sont liés, une hypothèse confirmée en 1995 par une étude du Allegheny Medical College. Malgré les débats persistants et les recherches en cours, la vérité sur le cancer est présentée comme simple et surprenante : il s'agit d'une partie essentielle du cycle de la vie et une expression de la force vitale et du processus de guérison.

Chapitre
6 : Le mécanisme total

Dans ce chapitre il aborde le mécanisme du cancer en le comparant à un processus de sur-cicatrisation où le corps produit des cellules trophoblastiques pour contrer les dégâts dans les tissus. Ces cellules sont protégées par un manteau de protéines, qui peut être dégradé par les enzymes pancréatiques, permettant ainsi aux globules blancs d'éliminer les cellules cancéreuses. Le pancréas joue donc un rôle vital dans la prévention du cancer. Cependant, si le pancréas est affaibli ou si les enzymes pancréatiques sont insuffisantes, la nature a prévu un système de défense alternatif, basé sur un composant chimique unique : la vitamine B17. Cette vitamine, également connue sous le nom d'amygdaline, se trouve dans les aliments naturels contenant des nitrilosides.

Le Dr Ernst Krebs Senior et son fils ont découvert ce facteur nutritionnel en 1952. Krebs Senior avait déjà observé que les indiens Washoe étaient rarement affectés par les maladies respiratoires grâce à un remède à base de racines d'une plante de persil sauvage (Leptotaenia Dissecta). Il a extrait un puissant antibiotique naturel de cette plante, qu'il a utilisé pour sauver des vies durant l'épidémie de grippe espagnole de 1918. L'antibiotique fut redécouvert et publié en 1948 par Carlson et Douglas.

L'étude mentionne l'activité antibiotique de l'extrait de la plante Leptotaenia Dissecta sur diverses bactéries, moisissures et champignons. Le Dr Ernst Krebs Junior, qui a étudié la médecine et la biochimie, s'est intéressé au travail de John Beard sur l'origine trophoblastique du cancer. Il a découvert la substance laétrile, dérivée des amandons d’abricots sauvages, et l'a testée pour évaluer sa non-toxicité.

La molécule de B17 contient du glucose, du benzaldéhyde et du cyanure, mais ces éléments sont inoffensifs lorsqu'ils sont verrouillés à l'intérieur de la molécule. L'enzyme beta-glucosidase, présente en grande quantité dans les cellules cancéreuses, peut déverrouiller la molécule de B17, libérant du cyanure et du benzaldéhyde, qui sont toxiques pour les cellules cancéreuses. Une autre enzyme, la rhodanase, transforme le cyanure en produits bénéfiques pour la santé. Elle est présente partout dans le corps sauf dans les cellules cancéreuses, ce qui les rend vulnérables à l'action de la vitamine B17.

Le Dr Otto Warburg a reçu le prix Nobel pour avoir prouvé que les cellules cancéreuses se nourrissent par fermentation du sucre plutôt que par oxydation, comme les cellules normales. La vitamine B17, lorsqu'elle entre en contact avec les cellules cancéreuses, libère de l'acide benzoïque, qui possède des propriétés antiseptiques, anti-rhumatismales et analgésiques. Cette réaction pourrait expliquer la diminution de la douleur chez les patients atteints de cancer en phase terminale traités avec de la vitamine B17.

Les chercheurs pensent qu'une carence en vitamine B17 pourrait être liée à des maladies telles que le rhumatisme, l'hypertension artérielle, les caries dentaires, certains troubles gastro-intestinaux, l'anémie falciforme et le cancer. Ils suggèrent que la solution à ces problèmes de santé pourrait se trouver dans la nutrition plutôt que dans les médicaments.

La vitamine B17 agit en synergie avec d'autres facteurs, tels que les enzymes pancréatiques, pour détruire les cellules cancéreuses tout en nourrissant les cellules saines. Les facteurs tels que le tabagisme ou les virus ne sont pas à l'origine du cancer, mais peuvent déclencher le processus de cancérisation en provoquant un stress ou des dommages au corps. Les défenses naturelles du corps contre le cancer incluent non seulement la vitamine B17, mais aussi d'autres vitamines, enzymes et niveaux de pH.

Il est important d'avoir une alimentation riche en vitamines et minéraux, en particulier en vitamine B17, tout en minimisant les dommages et le stress prolongés sur le corps pour prévenir et lutter contre le cancer.

Chapitre 7 : La
peur du cyanure

En 1972, la presse américaine rapporte des cas d'empoisonnement au cyanure liés à la consommation de graines d'abricot, créant une peur généralisée. Le Dr Ernst Krebs Jr. répond aux inquiétudes concernant les graines de fruits riches en vitamine B17 (aussi appelée amygdaline ou Laétrile). Il explique qu'il est impossible de consommer trop de ces graines en mangeant les fruits entiers, mais que manger uniquement les graines pourrait causer un empoisonnement. Griller les graines détruit l'enzyme "déverrouilleur", rendant les graines moins toxiques.

La quantité de vitamine B17 nécessaire varie selon les individus, rendant difficile l'établissement d'une dose quotidienne recommandée en nombres d’amandons. Le Dr Krebs suggère 50 mg de B17 par jour pour un adulte en bonne santé. Manger 10 à 12 graines d'abricot par jour permettrait d'atteindre cette dose sans danger mais il serez plus judicieux d’établir une quantité en fonction du poids des graines d’amandons en fonction du poids des individus.

Depuis des décennies, l'amygdaline est considérée comme non-toxique dans les références pharmacologiques. La forme de laboratoire du Laétrile est encore moins préoccupante, car elle est plus soluble que les autres formes et peut être administrée en plus grandes concentrations. Le Dr Dean Burk et le Dr D.M. Greenberg confirment également la non-toxicité de l'amygdaline. Comparée à l'aspirine, la vitamine B17 est moins toxique et n'a pas d'effet cumulatif. Aucun décès n'a été lié à la consommation de B17.

Chapitre 8 : Le “charlatanisme” du Laétrile

La Laétrile, une substance considérée comme un charlatanisme par la Société contre le Cancer de Californie, mais qui a été utilisée par des médecins dans le traitement de leurs patients atteints de cancer. Au moins 26 articles scientifiques ont été publiés par des médecins connus qui ont conclu que le Laétrile était sain, sûr et efficace dans le traitement du cancer. Les médecins qui ont fait ces expériences et ceux qui ont partagé leurs conclusions ne sont pas des charlatans ni des farfelus. Des exemples de médecins incluent le Dr Hans Nieper en Allemagne, le Dr N.R Bouziane au Canada et le Dr Manuel Navarro aux Philippines. Ces médecins ont utilisé le Laétrile dans le traitement de patients atteints de cancer et ont obtenu des résultats significatifs et encourageants. Le Dr Nieper a déclaré que le Laétrile était la seule substance possible pour le contrôle ultime du cancer.

Plusieurs médecins, dont le Dr Ernesto Contreras au Mexique et le Dr Etore Guidetti en Italie, ont utilisé le Laétrile avec succès pour traiter des patients atteints de cancer. Des recherches contrôlées sur des souris ont également montré des effets anti-cancer du Laétrile. Cependant, les porte-paroles de la médecine orthodoxe allopathique continuent de proclamer qu'il n'y a aucune preuve que le Laétrile fonctionne. Le texte mentionne également des régimes alimentaires suggérés par les médecins pour les personnes atteintes de cancer et pour la prévention du cancer, ainsi que des recommandations pour l'utilisation de suppléments vitaminiques. Il est important de noter que ces régimes alimentaires sont spécifiques aux personnes atteintes de cancer et ne sont pas recommandés pour les personnes en bonne santé.

Chapitre
9 : Les guérisons “non prouvées” du cancer

Ce chapitre traite des guérisons
non prouvées du cancer, en particulier de la thérapie vitaminique Laétrile ou
vitamine B17. Le chapitre mentionne les attaques officielles contre Laétrile,
qui vont de tactiques d'effroi à la falsification. Cependant, l'efficacité de Laétrile
est confirmée par des expériences sur des cultures de cellules cancéreuses et
des animaux. Les archives médicales contiennent de nombreux cas de patients en
phase terminale de cancer ayant récupéré grâce à Laétrile. Cependant, certains
médecins ont tendance à chercher des explications alternatives pour expliquer
ces guérisons, en raison de leur partialité professionnelle contre la médecine
nutritionnelle.

Chapitre
10 : Les guérisons “prouvées” contre le cancer

Les thérapies orthodoxes contre
le cancer, à savoir la chirurgie, les radiations et la chimiothérapie. La
chirurgie peut sauver des vies dans certains cas, mais elle ne guérit pas le
cancer car elle n'enlève pas la cause de la maladie. De plus, pour les cancers
métastatiques
, la chirurgie n'a pratiquement plus aucune valeur pour augmenter
les chances de survie. Les radiations et la chimiothérapie ont des effets
similaires, ils ne guérissent pas la cause du cancer, mais visent à réduire la
tumeur en brûlant ou tuant les cellules, ce qui peut conduire à une
augmentation explosive de la malignité de la lésion et à l'apparition de
métastases diffuses. Les radiations sont également connues pour augmenter le
risque de développer d'autres cancers en détruisant ou affaiblissant la
production de globules blancs. Malgré cela, l'American Cancer Society continue
de prétendre que ses statistiques montrent un taux de guérison plus important
chez les patients traités que chez ceux qui ne l'ont pas été. Cependant, les
statistiques sont biaisées par la méthode de définition des groupes, et les
gens ne vivent pas plus longtemps après avoir eu le cancer, ils vivent plus
longtemps après avoir été diagnostiqués avec le cancer. En somme, les
traitements orthodoxes peuvent être nocifs pour le patient et ne guérissent pas
le cancer.

Chapitre
11 : Une nouvelle dimension de meurtre

Ce chapitre traite de l'utilisation de médicaments contre
le cancer qui sont en réalité des poisons, contrairement à l'idée selon
laquelle leur nature de poison est tolérée en tant que prix à payer pour
obtenir un effet désiré. Ces produits chimiques ne font pas la différence entre
les cellules cancéreuses et les cellules saines, mais plutôt entre les cellules
qui se divisent rapidement et celles qui se divisent lentement ou pas du tout.

Par conséquent, outre les cellules cancéreuses, ces médicaments empoisonnent également une multitude d'autres cellules non cancéreuses dans le corps qui sont surprises en train de se diviser. Les effets secondaires de ces médicaments sont souvent pires que la maladie elle-même, car ils empoisonnent le système et causent des nausées, des diarrhées, des vomissements, des pertes d'appétit, des crampes, une faiblesse généralisée progressive, une stérilité des organes reproducteurs, une fatigue neurologique, une atteinte de la vue et de l'audition, ainsi qu'une immunodépression profonde. Les substances utilisées dans les traitements anti-cancers augmentent considérablement les chances de développement métastatique en raison de leur effet immunodépresseur.

Le chapitre critique les traitements conventionnels contre le cancer, tels que la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, en soulignant leur inefficacité et leur toxicité pour les patients. Il propose à la place une approche de thérapie vitaminique, qui utilise des substances naturelles telles que les vitamines pour renforcer le système immunitaire et traiter le cancer. Le texte remet également en question la recherche actuelle sur le cancer, affirmant que les chercheurs se concentrent sur la recherche de nouvelles molécules artificielles plutôt que de se pencher sur la compréhension de la cause fondamentale du cancer. Le texte suggère que les régimes alimentaires, riches en substances naturelles, peuvent jouer un rôle clé dans la prévention et le traitement du cancer. Enfin, le texte souligne les défis auxquels sont confrontés les chercheurs dans la recherche de traitements contre le cancer en raison des réglementations de la FDA et de l'intérêt financier pour les traitements artificiels.

Chapitre
12 : Une comparaison statistique

L'extrait présente une comparaison statistique entre la thérapie orthodoxe et la thérapie au Laétrile pour le traitement du cancer. Les résultats montrent que la thérapie au Laétrile a de meilleurs taux de survie à long terme pour les patients atteints de cancer. Cependant, la médecine de consensus ne permet pas aux médecins de choisir des traitements alternatifs et les condamne comme charlatans s'ils ne suivent pas les traitements courants. Le texte souligne également l'incapacité de la médecine allopathique orthodoxe à guérir efficacement le cancer et critique l'ignorance et les conflits d'intérêts qui empêchent les scientifiques de voir les preuves clairement.

Note : Le jus d'herbe d'orge contient également de l'Amygdaline (vitamine B17)

Conclusion :

En fin de compte, le livre de G. Edward Griffin propose une alternative radicale à la médecine orthodoxe dans la lutte contre le cancer, en mettant l'accent sur l'efficacité statistique des traitements conventionnels, mais négligeant souvent les approches alternatives et complémentaires qui pourraient offrir des options supplémentaires aux patients.

Questions et réponses typiques concernant les amandons d'abricots amers bio ?

  1. Définition d'amandon ?
  2. Pourquoi sur internet est-il écrit "amandes d'abricots amers bio" au lieu d'"amandons d'abricots amers bio" ?
  3. Que sont les amandons d'abricots amers bio ?
  4. Les amandons d'abricots amers bio sont-ils toxiques ?
  5. Les amandons d'abricots amers bio ont-ils des bienfaits pour la santé ?
  6. Comment consommer les amandons d'abricots amers bio en toute sécurité ?
  7. Est-ce que la culture d'amandes d'abricots amers biologiques est plus écologique que celle des non-biologiques ?
  8. Quels sont les bienfaits des amandons d'abricots amers bio ?
  9. Quelle quantité de cyanure dans les amandons d’abricots amers bio est mortelle ?
  10. Quel sont les symptômes du cyanure ?
  11. Quelles sont les vertus du noyau d'abricot amer bio ?
  12. Qu'est-ce qui rend les amandons d'abricots amers bio controversé ?
  13. Est-ce que les amandes d'abricots amers bio contenant de la vitamine B-17 ont des propriétés anti-cancer ?
  14. Amandons d'abricots amers certifiées bio ?
  15. Pourquoi il y a des amandons d’abricots amers bio ?
  16. Que faire avec des amandons d’abricots amers bio ?
  17. Quel poison sent l'amandon d’abricot amer bio ?
  18. Où peut-on se procurer des amandons d'abricots amers biologiques ?
  19. Est-ce que les amandons d'abricots amers biologiques ont le même goût que les non biologiques ?
  20. Comment savoir si les amandons d'abricots amers biologiques sont de qualité ?
  21. Quels sont les avantages de consommer des amandons d'abricots amers biologiques par rapport à des non biologiques ?
  22. Comment doit-on conserver les amandons d'abricots amers biologiques ?
  23. Quelle est la dose journalière recommandée pour consommer des amandons d'abricots amers biologiques ?
  24. Est-ce que la consommation d'amandes d'abricots amers biologiques peut avoir des effets secondaires ?
  25. Les amandes d'abricots amers biologiques peuvent-elles être utilisées pour d'autres usages que l'alimentation ?
  26. Peut-on utiliser des amandes d'abricots amers biologiques pour produire de l'huile ?
  27. Voici les étapes à suivre pour produire de l'huile d'amandons d'abricots amers bio tout en préservant une grande partie de sa vitamine B17
  28. Les recherches scientifiques actuelles au sujet des amandons d’abricots amers
  29. Explication de l'amygdaline, un glucoside cyanogénétique.
  30. Résumé du bulletin des vigilances de l'Anses de juin 2018"
  31. Résumé des nouvelles recherches au sujet des amandons d’abricots amers bio
  32. Quelles sont les questions les plus fréquentes posées par les internautes sur Google en ce qui concerne les amandes d'abricots amers bio ?
  33. Découvrez les différences entre les abricots cultivés et sauvages
  34. Naturopathie et amandons d'abricots amers: Un guide complet
  35. Pourquoi les amandons ne sont-ils pas particulièrement amers ?
  36. Sur la voie de la Guérison : Positivité, Résilience et Bien-être dans votre Parcours de Transformation
  37. Les Amandons d'Abricots Amers Bio : Un Guide Pratique pour une Utilisation Optimale
  38. La conservation optimale des amandons d'abricots amers bio

Avis clients au sujet des amandons d'abricots amers biologique d'Ouzbékistan

Cliquez ici pour acheter des amandons d'abricots amers bio

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,